SVP ajouter au moins deux produits avant de les comparer.

Nos magasins

items dans votre liste d’achats

Notre histoire

Germain Larivière:
Famille, Vision et Innovation

Années 50

Les débuts modestes d'un visionnaire

Après avoir acquis son expérience dans un magasin à rayons de l’époque en tant que livreur, vendeur et ensuite responsable du département meuble et couvre plancher, Germain Larivière, jeune entrepreneur Maskoutain, mûrit l’idée d’ouvrir et opérer son propre commerce.

15 novembre 1957: Ouverture du premier magasin Germain Larivière à Sainte-Rosalie (aujourd’hui Saint-Hyacinthe) dans les locaux d’une petite boutique à bois rénovée et transformée. Le fondateur est alors âgé de 31 ans et compte déjà 20 ans d’expérience dans le domaine.

 

Années 60

S’implanter sur des bases solides

La décennie est dédiée à la création des bases de l’entreprise et surtout, à l’apprentissage de l’entrepreneur. Germain Larivière ne chôme pas; il doit s’assurer de l’approvisionnement adéquat des marchandises, du financement des capitaux, de trouver la main d’oeuvre nécessaire pour les opérations et gérer la mise en marché de son magasin.

Grâce à l’aide et au soutien apportés par son épouse, Gertrude, et son père, Théodore, les ventes de l’entreprise vont bon train. À l’aube des années 70, Germain Larivière compte déjà 12 employés réguliers et 3 à temps partiel. La superficie de la salle de montre et de l’entrepôt triplent.

Années 70

Restructuration et innovation

Après 15 ans de progression constante, l’entreprise familiale prend de l’ampleur avec l’arrivée de Jean Larivière en tant que représentant aux ventes. En faisant ses preuves, Jean devient tour à tour responsable de la mise en marché, directeur des ventes puis directeur général. Pendant cette décennie, des transformations majeures sont implémentées et Germain Larivière devient la première entreprise québécoise dans son domaine à procéder à l’informatisation du système comptable.

Grâce à la restructuration, la création de nouveaux départements et l’avènement de la publicité télévisée et radiodiffusée, l’entreprise croît encore davantage.

 

Années 80

Un vent de mouvement et de progression

Grâce au focus sur les grands réseaux provinciaux de radio, télévision, hebdomadaires et grands quotidiens, Germain Larivière se taille une place de choix. L’administration est efficace et plus structurée, le personnel est dynamique et compétent, la qualité du service est saluée. Le chiffre d’affaires triple et l’entreprise compte près de 70 employés. Les locaux agrandissent une fois de plus afin de faire place à de nouveaux produits!

Début années 90

Une période de chambardements et d'émotions

David Larivière entre en scène, fraîchement diplômé universitaire, avec une toute nouvelle énergie, des idées et une détermination palpables.

Le 4 octobre 1990 marque cependant une ombre noire au tableau jusqu’ici parfait. Un grâve incendie se déclare et ravage le magasin.

Germain Larivière, au milieu des décombres, se demande s’il lui sera possible de poursuivre son rêve des 33 dernières années. Les employés sont sous le choc et tous mettent la main à la tâche afin de sauver ce qui a pu être sauvé in extremis des flammes. C’est la preuve que la grande famille est tissée serrée.

 

Fin des années 90

Reconstruction et croissance

Des installations temporaires prennent rapidement place au sein de l’entrepôt situé juste derrière le magasin. La reconstruction et la rénovation s’entreprennent. C’est décidé, l’homme d’affaires, soutenu par son équipe, ne baissera pas les bras. Les installations déjà existantes bénéficient d’un réaménagement majeur. En mettant les bouchées doubles, le rythme de croissance s’accentue de manière exponentielle.

Le magasin compte maintenant 90 employésHuit ans plus tard, le malheur frappe de nouveau, cette fois partout au Québec. Janvier 1998, c’est la crise du verglas. Privé d’électricité et de tous services, le magasin se voit forcé de cesser ses opérations pendant 32 jours. La population sinistrée étant prioritaire, la direction revoit ses objectifs pour le futur.

Années 2000

Un nouveau millénaire pour Germain Larivière

Avec le tournant du millénaire, la seconde génération Larivière reprend le flambeau de la direction. Sous la direction de Jean et David, Germain Larivière prend encore de l’expansion. Un centre de liquidation voit le jour, suivi de l’inauguration d’un deuxième magasin, à Laval. De part son apparence, sa visibilité, son architecture et son aménagement ultra moderne, le nouveau magasin fait la fierté de tous. Les deux frères ont bien l’intention de réaliser d’autres projets d’envergure, soutenus par plus de 150 employés.

Années 2010+

L'aventure continue

L’aventure se poursuit pour Germain Larivière avec l’ouverture d’un troisième magasin dans le Quartier dix30, à Brossard. D'une superficie de 80 000 pieds carrés répartis sur différents palliers, le magasin est à la hauteur des produits de qualité qui y sont offerts. Meubles, électroménagers, électronique et accessoires décoratifs se côtoient et se complètent. Le matelas se refait une beauté avec l’ouverture des boutiques Expérience Sommeil à l’intérieur des magasins, spécialiste dans son domaine.

L’avenir se profile avec toujours les mêmes objectifs; offrir des produits de qualité à bon prix, un service exceptionnel et un environnement à la hauteur des attentes de sa clientèle et de son personnel. Une chose est certaine, chez nous, vous faites partie de la famille.

 

La direction souhaite rendre hommage à Germain Larivière pour avoir été l’artisan et le fondateur de cette grande entreprise qui compte aujourd’hui près de 200 employés.

Nous aimerions également remercier tous ceux qui ont contribué et qui contribuent aujourd’hui à l’implantation, à la croissance, au développement et à l’avenir de Germain Larivière.

Merci de votre appartenance et de la qualité de votre travail. Grâce à vous, le nom de Germain Larivière devrait continuer de rayonner lors des décennies à venir!

Nous aimerions également souligner le dévouement de Monsieur Luc Houle et de son épouse Carmen sans qui ce retour dans le temps n’aurait été possible.